ImproVision : préparation d'ateliers d'entrainement au théâtre d'improvisation

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Concepts de spectacle d'impro

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 15 mars 2013

7ème Festival d'Improvisation Théâtrale de METZ

C'est avec le plus grand plaisir que le MINOU, la troupe d'improvisation théâtrale de METZ, vous annonce le 7ème Festival d'Improvisation Théâtrale de METZ, en partenariat avec la ville de METZ.

Ce Festival d'improvisation se déroulera pendant 3 jours du vendredi 15 au dimanche 17 mars 2013 à la salle BRAUN (grand théâtre italien), 18 rue MOZART à METZ.

Pendant tout le week-end, les troupes venues tout droit de Suisse et de Paris participeront avec le MINOU à une succession de spectacles improvisés pour votre plus grand plaisir.
Du célèbre match d'improvisation à des concepts plus originaux, ce festival sera l'occasion de découvrir plusieurs facettes du théâtre d'improvisation, avec humour et émotions.

Equipes invitées (et prestigieuses !!!) :

  • L'Impro Suisse Team (Suisse)
  • Les RSA : Rigolos Sans Argents (Paris)

Programme détaillé du Festival :

Vendredi 15 mars 2013

20:30 : Grand Match d'ouverture (le Minou vs Impro Suisse Team)
Match d'ouverture du festival entre 2 équipes de jouteurs improvisant sur des thèmes inconnus, après 20 secondes de réflexion seulement. Leurs performances sont départagées par votre vote après chaque improvisation. Un arbitre intervient pour animer la rencontre et imposer des contraintes de jeu aux jouteurs. Un grand classique des spectacles d'improvisation pour débuter ce festival, à ne manquer sous aucun prétexte.

Samedi 16 mars 2013

14:00 : Atelier d'initiation (durée 1h - gratuit)
Venez découvrir et vous essayer aux principes de l'improvisation théâtrale. Le temps d'un atelier gratuit et ouvert à tous, nous vous invitons à partager avec nous notre passion. Aucun prérequis, si ce n'est votre envie, votre curiosité et votre bonne humeur !

15:30 : Match des chatons (chaque place achetée donne également accès à l'Impro'Boyard)
De nouvelles recrues sont venues agrandir la troupe du MINOU cette saison : ce sont de beaux chatons plein d'énergie qui sortiront leurs griffes pour la première fois sur scène pour un match rock'&'roll. Beaucoup de fraicheur et d'envie au programme et de nouveaux talents à découvrir !

17:00 : Impro'Boyard
Les jouteurs vont devoir être très "Forts" pour obtenir les clés ... du succès ! Au programme : des impros musclées, des défis à l'imagination, peut-être même des tigres, des serpents, des clepsydres voire du nain'porte quoi ! L'émission, si les jouteurs l'acceptent, sera revue et parodiée. En famille ou entre amis, rire et frisson sont garantis !

20:00 : Royal Casino
Spectateurs, faites vos jeux ! Sur la base de vos thèmes, 3 équipes de jouteurs vont tenter leur chance pour gagner le jackpot du Royal Casino. Ils vont devoir jouer cartes sur table et miser gros ce soir pour remporter la donne. Bling-bling, bluff et coups de poker : tout sera permis pour l'occasion... Un spectacle royal !

23:00 : Fantasia
Et si pour débuter la nuit on concevait un rêve : à partir d'une situation réelle à définir ensemble, 6 créatures vont user de leur imagination pour créer une incroyable histoire en repoussant toutes leurs limites, dans un jeu sonore et lumineux inédit. Un spectacle où la temporalité est mouvante, la lumière côtoie l'obscurité et les émotions sont sublimées. Une expérience fantastique...

Dimanche 17 Mars 2013C'est avec le plus grand plaisir que le MINOU, la troupe d'improvisation théâtrale de METZ, vous annonce le 7ème Festival d'Improvisation Théâtrale de METZ, en partenariat avec la ville de METZ.

Ce Festival d'improvisation se déroulera pendant 3 jours du vendredi 15 au dimanche 17 mars 2013 à la salle BRAUN (grand théâtre italien), 18 rue MOZART à METZ.

Pendant tout le week-end, les troupes venues tout droit de Suisse et de Paris participeront avec le MINOU à une succession de spectacles improvisés pour votre plus grand plaisir.
Du célèbre match d'improvisation à des concepts plus originaux, ce festival sera l'occasion de découvrir plusieurs facettes du théâtre d'improvisation, avec humour et émotions.

Equipes invitées (et prestigieuses !!!) :

  • L'Impro Suisse Team (Suisse)
  • Les RSA : Rigolos Sans Argents (Paris)

Programme détaillé du Festival :

Vendredi 15 mars 2013

20:30 : Grand Match d'ouverture (le Minou vs Impro Suisse Team)
Match d'ouverture du festival entre 2 équipes de jouteurs improvisant sur des thèmes inconnus, après 20 secondes de réflexion seulement. Leurs performances sont départagées par votre vote après chaque improvisation. Un arbitre intervient pour animer la rencontre et imposer des contraintes de jeu aux jouteurs. Un grand classique des spectacles d'improvisation pour débuter ce festival, à ne manquer sous aucun prétexte.

Samedi 16 mars 2013

14:00 : Atelier d'initiation (durée 1h - gratuit)
Venez découvrir et vous essayer aux principes de l'improvisation théâtrale. Le temps d'un atelier gratuit et ouvert à tous, nous vous invitons à partager avec nous notre passion. Aucun prérequis, si ce n'est votre envie, votre curiosité et votre bonne humeur !

15:30 : Match des chatons (chaque place achetée donne également accès à l'Impro'Boyard)
De nouvelles recrues sont venues agrandir la troupe du MINOU cette saison : ce sont de beaux chatons plein d'énergie qui sortiront leurs griffes pour la première fois sur scène pour un match rock'&'roll. Beaucoup de fraicheur et d'envie au programme et de nouveaux talents à découvrir !

17:00 : Impro'Boyard
Les jouteurs vont devoir être très "Forts" pour obtenir les clés ... du succès ! Au programme : des impros musclées, des défis à l'imagination, peut-être même des tigres, des serpents, des clepsydres voire du nain'porte quoi ! L'émission, si les jouteurs l'acceptent, sera revue et parodiée. En famille ou entre amis, rire et frisson sont garantis !

20:00 : Royal Casino
Spectateurs, faites vos jeux ! Sur la base de vos thèmes, 3 équipes de jouteurs vont tenter leur chance pour gagner le jackpot du Royal Casino. Ils vont devoir jouer cartes sur table et miser gros ce soir pour remporter la donne. Bling-bling, bluff et coups de poker : tout sera permis pour l'occasion... Un spectacle royal !

23:00 : Fantasia
Et si pour débuter la nuit on concevait un rêve : à partir d'une situation réelle à définir ensemble, 6 créatures vont user de leur imagination pour créer une incroyable histoire en repoussant toutes leurs limites, dans un jeu sonore et lumineux inédit. Un spectacle où la temporalité est mouvante, la lumière côtoie l'obscurité et les émotions sont sublimées. Une expérience fantastique...

Dimanche 17 Mars 2013 15:00 : Pièce montée en poursuite
Imaginez une pièce de théâtre rocambolesque entièrement improvisée à partir d'une situation de départ inventée par le public. Et pour pimenter le tout, ce sont 3 équipes différentes de comédiens qui vont se relayer sur scène, chacune avec son style, pour construire une seule et même histoire. Les scènes s'enchainent, les personnages se déchainent et les rebondissements prennent alors tout leur sens !

17:00 : Grand Match de clôture (le Minou vs les Rigolos Sans Argent)
Grand match d'improvisation où 2 équipes s'affrontent en respectant les règles héritées des tournois d'improvisation inventés au Québec. Et c'est vous qui départagerez les jouteurs en votant pour les prestations qui vous auront ravis. Des personnages, des interactions avec les spectateurs, de l'humour et de l'émotion animeront ce spectacle de gala pour le bonheur de tous.

15:00 : Pièce montée en poursuite
Imaginez une pièce de théâtre rocambolesque entièrement improvisée à partir d'une situation de départ inventée par le public. Et pour pimenter le tout, ce sont 3 équipes différentes de comédiens qui vont se relayer sur scène, chacune avec son style, pour construire une seule et même histoire. Les scènes s'enchainent, les personnages se déchainent et les rebondissements prennent alors tout leur sens !

17:00 : Grand Match de clôture (le Minou vs les Rigolos Sans Argent)
Grand match d'improvisation où 2 équipes s'affrontent en respectant les règles héritées des tournois d'improvisation inventés au Québec. Et c'est vous qui départagerez les jouteurs en votant pour les prestations qui vous auront ravis. Des personnages, des interactions avec les spectateurs, de l'humour et de l'émotion animeront ce spectacle de gala pour le bonheur de tous.

samedi 24 décembre 2011

Partage de nouvelles catégories d'improvisation

Semaine dernière, j'ai eu l'occasion d'essayer quelques nouvelles catégories lors d'un spectacle du MINOU.

Sur le fond, elle n'ont rien de révolutionnaire puisqu'elles s’apparentent à des rubriques connues. Mais avec un lifting suffisant pour leur donner une nouvelle allure.

* Catégorie "speed dating" :

>> une personne du public est installée à une table sur scène
>> 4 (ou plus) jouteurs vont avoir chacun 90 secondes pour convaincre en face à face cette personne pour se revoir
>> à cette fin, les 4 prétendants se voient imposer un même sujet par la personne (ou par l'arbitre), par exemple : sa vision sur le partage des tâches ménagères, sa sensibilité à la musique, sa définition de l'aventure, sa conception de la sexualité, son désir d'enfants, ...
>> la personne du public sur scène (ou le public dans son ensemble) vote au final pour le jouteur le plus convaincant qui fait gagner le point à son équipe

speedating.jpg

>> cette catégorie se rapproche de la "déclaration amoureuse" mais ouvre à un argumentaire plus développé et des impro qui ne se ressemblent pas à chaque spectacle, grâce au thème du speed dating qui change à chaque fois
>> verdict : l'impro a bien fonctionné, les 4 jouteurs ont fait des propositions bien différentes, le public a vraiment bien accroché.

* Catégorie "l'amant dans le placard" :

>> un jouteur (ou plusieurs) se trouve dans un coin de la scène dans un placard fictif, tel un amant caché
>> il doit alors expliquer, le temps de l'impro, comment il s'est retrouvé dans le placard, pour justifier qu'il est là par hasard
>> les autres jouteurs miment en direct l'histoire correspondante

>> sur le fond, c'est une impro "narrée/mimée" utilisée dans un contexte particulier
>> l'idée provient de la publicité pour Canal+ où l'amant explique tellement bien comment il s'est retrouvé dans le placard que le mari le croit
>> on peut jouer l'impro en comparée (le public vote pour l'explication la plus crédible) ou en mixte (il est alors recommandé de mettre 2 amants dans le placard, 1 de chaque équipe)

>> verdict : le public a vraiment bien aimé. Le rendu donne une histoire avec une succession rapide de scènes, dans le style de l'émission "BREF". Pour éviter les déconvenus, la catégorie a été expliquée et essayée pendant l'échauffement avec les 2 équipes juste avant le spectacle.


* Catégorie "progressive" :

>> c'est l'inverse de la catégorie officielle "régressive"
>> une même impro est jouée en 10 secondes, puis en 30 secondes, puis en 1 minute puis en 2 minutes (ou plus).
>> pour que cela fonctionne, il est important que la première impro comprenne bien 2 scènes ou 2 temps : l'une qui sera reprise à chaque début d'impro, l'autre à la fin de chaque impro.
>> et les jouteurs rajoutent ensuite de la consistance, de la logique, de l'explication au coeur de l'improvisation

>> verdict : avouons-le, ce première essai était fouillis, avec beaucoup (trop) de passages ; et ce n'est qu'à la dernière impro que l'on a eu une suite logique d'événements, c'est d'ailleurs ce point là qui a plu au public. Cela me semble être le point clef de cette impro : montrer qu'on peut donner du sens à une histoire, en tissant du lien entre 2 scènes. Cela permet aussi de valoriser les passages ou les enchainements de séquence qui vont donner du sens. Là où la régressive s'évertue à valoriser la synthèse et donc indirectement à enlever de la valeur à l'information complémentaire.

mercredi 16 février 2011

Partage du concept du spectacle improvisé "la zapette d'or"

La troupe du MINOU s'est essayée dernièrement à un concept inventé pour l'occasion, que l'on appelera "la zapette d'or". L'idée était de changer du traditionnel match d'improvisation :

  • en conservant la compétition entre 2 équipes et le vote du public
  • en ajoutant davantage d'interactivité avec les spectateurs
  • en intégrant un apport musical via un musicien improvisateur

Sur le fond, le concept de "la zapette d'or" est surtout un habillage particulier d'un match d'improvisation, il n'y a donc pas de révolution dans nos pratiques d'improvisation. La description qui en est faite ici est avant tout pour montrer une déclinaison possible du match, parmi tant d'autres.

Description du concept :

  • 2 équipes de télévision (perso et rôles au choix des équipes) sont en compétition pour gagner la zapette d'or et devenir la nouvelle chaine de la TNT. Cette chaine sera celle qui ne laisse pas le spectateur assis passivement sur son canapé, celle qui ne laisse pas indifférent, bref, la chaîne du XXIème siècle. Pour se démarquer des chaines concurrentes, il va falloir innover, oser, aborder les émissions vraiment différemment, avoir d'autres angles de vues, d'autres invités, d'autres divertissements.
  • la clé du succès, sera l'interactivité avec le public... et le fait d'oser, provoquer, surprendre.
  • pour départager les 2 équipes, un panel de spectateurs exigeants (le public) va découvrir des émissions "pilotes" d'un nouveau genre et départager les 2 chaines.
  • la compétition porte sur une programmation "type" d'une journée, depuis les émissions du matin, jusqu'à celles du soir et de la nuit.
  • les impro favoriseront interaction avec le public (participation à un jeu TV, vote du public au cours de l'émission, émission en 3D qui plonge le public au coeur de l'impro, vidéo à la demande, ...) en veillant à ce que cela ne plombe pas le rythme.



Détails de la programmation pour la compétition (les catégories) :

6h00- Télé-réveil

  • émission comparée
  • nombre de jouteur illimité
  • d'une durée de 2 min
  • explications : au 21ème siècle, ce n'est plus la radio qui nous réveille, c'est la télé : le but de l'émission est de réveiller le public (qui commence l'impro les yeux fermés) et de poursuivre sur l'horoscope de la journée et le "point route" illustrés.

7h00- Le zapping TV de la veille

  • émission en mixte
  • nombre de jouteur illimité
  • d'une durée à notre convenance
  • explications : un enchainement d'extraits des moments insolites ou marquants de la veille, tel un freeze.

8h00- Téléachat

  • émission comparée
  • nombre de jouteur illimité
  • d'une durée de 2 min
  • explications : le produit à vendre sera donné par une ménagère du public

9h00- C'est pas sorcier

  • émission mixte
  • nombre de jouteur illimité
  • d'une durée de 3 min
  • explications : le phénomène à expliquer pendant l'émission est donné par le public

10h- Reportage libre

  • émission mixte
  • nombre de jouteur illimité
  • d'une durée de 6 min
  • explications : reportage sur le thème « la guerre de l'eau »

11h00- Clip vidéo

  • émission mixte
  • nombre de jouteur illimité
  • d'une durée de 2min30
  • explications : 2 ou 3 objets ou éléments du décor sont donnés par le public

12h- Emission gastronomique

  • émission comparée
  • nombre de jouteur illimité
  • d'une durée de 2min
  • explications : l'émission gastronomique porte sur la cuisine du 21ème siècle

13h- Journal de 13H

  • émission mixte
  • nombre de jouteur illimité dont 1 présentateur par équipe
  • d'une durée de 3min
  • explications : libre

14h- Série policière du futur

  • émission mixte
  • nombre de jouteur illimité
  • d'une durée de 5 à 8 min
  • explications : dans cette série policière les indices sont à trouver dans le public

15h50- Page publicitaire

  • publicité comparée
  • nombre de jouteur illimité
  • d'une durée de 45 secondes
  • explications : le produit à promouvoir est donné par le public

16h- Dessin animé 3D

  • émission comparée
  • nombre de jouteur illimité
  • d'une durée de 2min30
  • explications : c'est en 3D, ce qui veut dire que le public est plongé au cœur de l'action

17h30- Jeu télé

  • émission mixte
  • nombre de jouteur illimité dont 1 chauffe-salle
  • d'une durée de 3 min
  • explications : jeu avec participation du public en tant que public (applaudissements, rires, votes au cours de l'impro)

19h- Bande annonce du film à ne pas manquer

  • émission comparée
  • nombre de jouteur illimité
  • d'une durée de 1 min
  • explications : RAS

20h- L'information en chanson

  • émission mixte
  • nombre de jouteur illimité
  • d'une durée de 3 minutes
  • explications : les informations, à la manière d'une comédie musicale

20h40- La météo personnalisé

  • émission comparée
  • nombre de jouteur illimité
  • d'une durée de 1min30.
  • explications : les jouteurs demandent où habitent les gens du public pour leur illustrer la météo de chez eux

20h50- Emission de téléréalité "l'amour est tout prêt"

  • émission comparée
  • nombre de jouteur : 1 par équipe (2 par équipe s'il reste du temps)
  • d'une durée de 1 minute par prétendant
  • explications : une personne célibataire du public va rencontrer 2 (ou 4) prétendants qui devront la convaincre de venir habiter chez eux

23h- Video On Demand

  • émission mixte
  • nombre de jouteur illimité
  • d'une durée à notre convenance
  • explications : le film que vous voulez, comme vous voulez. Le titre du film est donné par le public. Le reste (changement de séquence, de vitesse, etc.) est géré par les animateurs.

mercredi 24 mars 2010

Partage du concept du spectacle improvisé "underground" 1/2

Cette année, pour son 4ème Festival d'improvisation théâtrale, le MINOU a souhaité développer un concept "underground".
L'idée de départ était de surprendre les spectateurs en proposant un concept de spectacle sortant des sentiers battus, en s'autorisant à casser tous les codes de la représentation (mais pas les principes de l'impro).

Copyright Ugo Schimizzi
Crédit photo : Ugo Schimizzi

Dès le départ, nous avons fixé une base qui donnerait le cap :

  • une salle noire !
  • pas de scène !
  • pas de siège (au final on a quand même placé des chaises le long des murs pour une partie des spectateurs)
  • pas de tarif !
  • tickets d'entrée tirés au hasard parmi le public du spectacle précédent !

Le spectacle aurait lieu après 23H, avec l'idée d'exploiter les frissons de la nuit, de travailler une histoire noire. Nous avons ainsi opté pour une approche "polar".

Voici au final ce que nous avons retenu.

Décor en place :

  • 1 salle noire (les 4 murs, sol et plafond), sans scène
  • des journaux par terre, des poubelles, des palettes
  • des articles de journaux sur les murs (crime, faits divers, ...)
  • les spectateurs sont debouts, assis sur quelques chaises et au sol, répartis dans 3 coins de la pièce (un coin est laissé libre pour donner de la perspective à l'espace scènique, un échappatoire aux jouteurs)

Côté technique :

  • lumière : une projecteur pour ambiance "nuit" dans la salle + un projo suiveur
  • son : un générique d'ambiance + des sons à incruster pendant l'impro + une musique d'ambiance pour une scène particulière
  • costumes : les 4 jouteurs en noir (si possible, ou du moins assez neutre, pas en vareuse)

Personnages hors jouteurs :

  • un maître de cérémonie, et c'est tout. Avec les yeux maquillés pour un regard plus ténébreux...

Déroulement (sans pause, 45 minutes : au final on a approché 1 heure et on aurait pu tenir facilement 1 heure et demi) :

  • générique avec quelques explications du concept : un écrivain de polar (le MC), mal dans sa tête. Et justement, la salle noire représente sa tête, lui est sa conscience intérieure, les spectateurs sont les neurones et les jouteurs sont les idées qui vont en sortir (merci à Gérome du MINOU pour l'idée).
  • les spectateurs, pour proposer des idées, se tiennent la main, pour être en connexion comme des neurones. Le MC les questionne en pointant une lampe de poche sur eux.
  • les neurones (spectateurs) proposent, les idées (jouteurs) illustrent et avancent.

Le MC questionne le public, soit de façon libre, soit pour faire un choix entre 2 propositions.
L'utilisation de tout accessoire est autorisée dès lors qu'elle ne correspond pas à la fonction première de l'objet.
Chaque jouteur peut intervenir sous divers personnage. Importance, en particulier au début de l'histoire, d'apporter une richesse de détails dont certains pourront s'avérer essentiels dans la suite de l'histoire.

Comment le polar va s'écrire, se dérouler :
1) Définition d'un lieu, une époque, un décor, une ambiance : à définir par le public. A illustrer par les jouteurs.
2) Quatre personnages distincts dont un policier, dans une situation du quotidien : à définir par le public. A illustrer par les jouteurs. Pas de lien au départ entre les personnages, un peu comme dans une Lelouche.
3) Mise en place d'une intrigue :

  • élément disrupteur, quelque chose de bizarre se passe et affecte un ou plusieurs des personnages (des petites choses presque anodines mais qui s'enchainent, deviennent pesantes) : les jouteurs sont libres.
  • on essaie de comprendre ce qui se cache derrière tout cela : les jouteurs sont libres
  • en fait, on découvre quelque chose de grave (cela va tourner autour d'un cadavre, voir les règles du polar ci-dessous) : à définir par le public. A illustrer par les jouteurs.
  • et les personnages vont découvrir que cela a un lien avec eux, avec leur histoire et cela va les réunir : à définir en partie par le public. A illustrer par les jouteurs

4) le policier enquête (ponctué par des scènes des autres personnages) : via des entretiens, des filatures, des caméras cachées, des recherches d'indices, ... : à définir par le public. A illustrer par les jouteurs
5) Résolution de l'enquête : par les jouteurs.

Ce concept Underground a bien marché, ce fut assez marquant que ce soit pour les spectateurs, les jouteurs, le MC, la technique et autres présents. Les lecteurs de ce blog n'étant en général pas les mêmes que ceux du forum du MINOU, je me permets de reprendre ici quelques uns des commentaires :

  • une tension qui était vraiment palpable dans la salle, parfois à la limite du malaise tellement tout le monde était plongé dans la noirceur de l'histoire. Une nouvelle expérience vraiment enrichissante en terme de jeu. Ça faisait longtemps que j'avais pas eu autant la trouille au début d'un spectacle d'impro. Et ça m'a un peu secoué ... j'ai eu du mal à en sortir ... étrange ...
  • l'underground : la putain ! ca c'etait un concept de fou furieu. C'etait mais trop trop trop de la balle sans deconner. De plus les tekos avait reussi a recrée cette ambiance de lumiere de reverber dans les zone industriels, excellent
  • l'underground : J'ai adoré.... enfin un spectacle ou l'objectif de base était pas de faire rire, mais plutôt de laisser planer une certaine ambiance, un suspens, du tragique. çà change

Pour finir, l'ouverture étant l'une des valeurs fondatrices de la troupe du MINOU, ce concept peut être repris par toute troupe d'impro, sans droit ni copyright dès lors qu'il est mentionné que le concept provient à la base de la troupe du MINOU.

mardi 23 mars 2010

Partage du concept du spectacle improvisé "underground" 2/2

En complément de l'article décrivant le concept Underground du MINOU, voici les règles de base du polar que nous avons repris pour le brief des jouteurs avant de rentrer sur scène.

Les 20 règles du polar ou roman policier à avoir en tête :
(selon Van Dine, article publié dans American Magazine en 1928)

1. Le lecteur et le détective doivent avoir des chances égales de résoudre le problème. Tous les indices doivent être pleinement énoncés et décrits en détail.

2. L’auteur n'a pas le droit d'employer vis-à-vis du lecteur des " trucs " et des ruses, autres que ceux que le coupable emploie lui-même vis-à-vis du détective.

3. Le véritable roman policier doit être exempt de toute intrigue amoureuse. Y introduire de l'amour serait, en effet, déranger le mécanisme du problème purement intellectuel.

4. Le coupable ne doit jamais être découvert sous les traits du détective lui-même ni d'un membre quelconque de la police. Ce serait de la tricherie aussi vulgaire que d'offrir un sou neuf contre un louis d'or.

5. Le coupable doit être déterminé par une suite de déductions logiques et non pas par hasard, par accident, ou par confession spontanée.

6. Dans tout roman policier il faut, par définition, un policier. Or, ce policier doit faire son travail et il doit le faire bien. Sa tache consiste à réunir les indices qui nous mèneront à l'individu qui a fait le mauvais coup dans le premier chapitre. Si le détective n'arrive pas la une conclusion satisfaisante par l'analyse des indices qu'il a réunis, il n'a pas résolu la question.

7. Un roman policier sans cadavre. cela n'existe pas (...) Faire lire trois cents pages sans même offrir un meurtre serait se montrer trop exigeant vis-à-vis d'un lecteur de roman policier. La dépense d'énergie du lecteur doit être récompensée.

8. Le problème policier doit être résolu à l'aide de moyens strictement réalistes. Apprendre la vérité par le spiritisme, la clairvoyance ou les boules de cristal est strictement interdit. Un lecteur peut rivaliser avec un détective qui a recourt aux méthodes rationnelles. S'il doit rivaliser avec les esprits et la métaphysique, il a perdu d'avance.
Copyright Ugo Schimizzi

9. Il ne doit y avoir, dans un roman policier digne de ce nom, qu'un véritable détective. Réunir les talents de trois ou quatre policiers pour la chasse au bandit serait non seulement disperser l'intérêt et troubler la clarté du raisonnement, mais encore prendre un avantage déloyal sur le lecteur.

10. Le coupable doit toujours être une personne qui ait joué un rôle plus ou moins important dans l'histoire, c'est-à-dire quelqu'un que le lecteur connaisse et qui l'intéresse. Charger du crime, au dernier chapitre, un personnage qu'il vient d'introduire ou qui a joué dans l'intrigue un rôle tout a fait insignifiant, serait, de la part de l’auteur, avouer son incapacité de se mesurer avec le lecteur.

11. L'auteur ne doit jamais choisir le criminel parmi le personnel domestique tel que valets, laquais, croupiers cuisiniers ou autres. Ce serait une solution trop facile. (... ) Le coupable doit être quelqu'un qui en vaille la peine.

12. Il ne doit y avoir, dans un roman policier, qu'un seul coupable, sans égard au nombre d'assassinats commis. (…) Toute l'indignation du lecteur doit pouvoir se concentrer sur une seule âme noire.

13. Les sociétés secrètes, les, mafia, les camarillas, n'ont pas de place dans le roman policier. L'auteur qui y touche tombe dans le domaine du roman d'aventures ou du roman d'espionnage.

14. La manière dont est commis le crime et les moyens qui doivent mener à la découverte du coupable doivent être rationnels et scientifiques. La pseudoscience, avec ses appareils purement imaginaires, n'a pas de place dans le vrai roman policier.

15. Le fin mot de l'énigme doit être apparent tout au long du roman, à condition, bien sûr, que le lecteur soit assez perspicace pour le saisir. Si le lecteur relisait le livre une fois le mystère dévoilé, il verrait que, dans un sens, la solution sautait aux yeux dès le début, que tous les indices permettaient de conclure à l'identité du coupable et que, s'il avait été aussi fin que le détective lui-même, il aurait pu percer le secret sans lire jusqu'au dernier chapitre. Il va sans dire que cela arrive effectivement très souvent et qu'il est impossible de garder secrète jusqu'au bout et devant tous les lecteurs la solution d'un roman policier bien et loyalement construit. Il y aura toujours un certain nombre de lecteurs qui se montreront tout aussi sagaces que l'écrivain (… ). C'est là, précisément, que réside la valeur du jeu (…).

16. Il ne doit pas y avoir, dans le roman policier, de longs passages descriptifs pas plus que d'analyses subtiles ou de préoccupations atmosphérique. Cela ne ferait qu'encombrer lorsqu'il s'agit d'exposer clairement un crime et de chercher le coupable. De tels passages retardent l'action et dispersent l'attention, détournant le lecteur du but principal qui consiste à poser un problème, à l'analyser et à lui trouver une solution satisfaisante. (... ) Lorsque l'auteur est parvenu à donner l'impression du réel et à capter l'intérêt et la sympathie du lecteur aussi bien pour les personnages que pour le problème. il a fait suffisamment de concessions à la technique purement littéraire.

17. L'écrivain doit s'abstenir de choisir son coupable parmi les professionnels du crime. Les méfaits des bandits relèvent du domaine de la police et non pas de celui des auteurs et des détectives amateurs. De tels forfaits composent la grisaille routinière des commissariats, tandis qu'un crime commis par une vieille femme connue pour sa grande charité est réellement fascinant.

18. Ce qui a été présenté comme un crime ne peut pas, à la fin du roman, se révéler comme un accident ou un suicide. Imaginer une enquête longue et compliquée pour la terminer par une semblable déconvenue serait jouer au lecteur un tour impardonnable.

19. Le motif du crime doit toujours être strictement personnel, (... ) Le roman policier doit refléter les expériences et les préoccupations quotidiennes du lecteur, tout en offrant un certain exutoire à ses aspirations ou à ses émotions refoulées.

20. Enfin, voici quelques trucs auxquels n'aura re-cours aucun auteur qui se respecte parce que déjà trop utilisé, et désormais familiers à tout amateur de littérature policière :

  • La découverte de l'identité du coupable en comparant un bout de cigarette trouvé à l'endroit du crime à celles que fume un suspect.
  • La séance spirite truquée au cours de laquelle le criminel, pris de terreur, se dénonce.
  • Les fausses empreintes digitales
  • L'alibi constitué au moyen d'un mannequin.