ImproVision : préparation d'ateliers d'entrainement au théâtre d'improvisation

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le programme d'entrainement

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 7 août 2012

Séquence d'entrainement sur la présence scénique (introduction)

Une nouvelle saison d'entrainement à l'improvisation théâtrale amène à fixer de nouveaux objectifs de travail pour le groupe.
Il me parait également important de se fixer des axes de progression en tant que coach.

En lien avec l'un des thèmes clés de la saison d'entrainement, à savoir la présence scénique, je m'en vais m'efforcer de systématiser l'approche suivante dans la réalisation des exercices (approche fondée sur celle définie par Michèle TAIEB dans son livre Improviser : 96 fiches techniques à l'usage du formateur) :

  • impliquer l'ensemble des jouteurs dans un exercice, que ce soit en tant qu'acteurs ou en tant que spectateurs actifs
  • interroger d'abord les jouteurs ayant fait l'exercice, sur leur ressenti : ce qu'ils pensent de la prestation (pas en bien ou en mal mais en efficace ou pas), s'ils ont fait ce qu'ils voulaient faire par rapport à l'objectif, ...
  • favoriser ensuite l'échange avec les jouteurs "spectateurs" : d'abord les points positifs puis les points à améliorer, sans juger la personne et en utilisant le pronom JE et TU et non ON et IL. (la présence requiert une implication personnelle, ON et IL désignent davantage les absents)
  • en faire une synthèse en tant que coach en y ajoutant si besoin les points non relevés.

preparation.jpg

Il convient aussi de faire prendre conscience au groupe que l'on échange des perceptions et non pas des vérités. L'improvisation théâtrale est loin, très loin d'être une science exacte. Il n'existe donc pas de vérité sur le sujet. Cela ne veut toutefois pas dire que l'avis des autres ne compte pas, car une convergence de perceptions témoigne souvent d'une certaine réalité.

Enfin il sera important de partager avec le groupe la nécessité d'éviter les remarques qui "enferment" ou rabaissent l'autre ou bien les étiquettes que l'on attribue (celui-ci, c'est le roi du cabotinage, lui ne comprend jamais les caucus, untel ne tient pas sur toute la durée d'un spectacle, l'autre il est nul). Car lorsqu'on colle une image à quelqu'un, on s'oppose à son mouvement et à son évolution : c'est une mort de la représentation, une absence de vie, qui sont contraires à la notion de présence scénique que nous allons travailler cette saison. La présence passe par la vie, le souffle, la surprise, la fraîcheur, le renouvellement !

vendredi 27 août 2010

Nouveau programme d'entrainement pour la saison 2010-2011

Concevoir un nouveau programme d'entrainement à l'improvisation pour l'équipe du MINOU. Fixer de nouveaux objectifs à atteindre. Consolider les acquis. Trouver une nouvelle dynamique de groupe en fonction des arrivées et des départs. En fonction des motivations de chacun et de l'engagement des nouveaux membres.
progression01.jpg

Un beau challenge ! Mais cela ne peut se définir sans savoir aussi quelles sont ses propres envies en tant que coach, comme essayer tel ou tel axe de travail, tel ou tel outil pédagogique, en se remettant en cause, en faisant évoluer sa manière de coacher. Les anciens et les nouveaux seront forcément exigeants (envers eux et en terme de programme pour les ateliers), j'aimerais en tout cas qu'ils le soient, car c'est un signe de grande motivation.

Je livre et liste ici mes envies de coach, mes inspirations du moment, comme autant de germes qui pourraient servir à nourrir plus tard la définition d'un programme pour l'année. Sur la base du vécu des années précédentes et des dernières (re)lectures.

  • pousser à la prise de risque, que ce soit en atelier ou sur scène. Un grand challenge pour les nouveaux qui découvrent l'univers de l'impro, un défi permanent pour les plus anciens afin de renouveler leur jeu.

jouteur02.jpg

  • exiger davantage de précision dans la gestuelle, se concentrer sur l'essentiel, chaque geste doit avoir un sens dans le dialogue avec l'autre car pour le public chaque geste est bien visible et interprété.
  • dans le même sens, "keep the chaos for later on".
  • apprendre à parler à l'autre (tout en se faisant entendre du public). On ne le fait pas assez. On parle souvent à la salle, du coup on ne regarde pas assez l'autre, on ne l'écoute pas assez. Pour cela, apprendre à approcher l'autre, à lui parler à l'oreille, dans les yeux, dans l'intimité, autour d'une table, etc. En changeant son regard, l'émotion, le ton.
  • explorer des ambiances et des univers moins familiers comme le fantastique, le polar, la poésie. Rechercher le frisson. Tous les types de frisson. Le frisson pourrait être l'un des mots clés de cette nouvelle année d'improvisation. En parfaite continuité avec le travail précédent, en conjuguant à merveille la construction et l'émotion. Le frisson est plus qu'une émotion, il nait d'une "émotion dans une situation à enjeu".
  • faire de l'autre jouteur sur scène son premier public. Chercher à plaire à l'autre jouteur (en terme de connivence) avant de chercher à plaire au public. Une blague qui n'est pas appréciée de l'autre jouteur est une blague qui n'est sans doute pas au service de l'histoire par exemple. C'est un point important à travailler pour s'extraire des cabotinages, consolider l'esprit de groupe et développer un jeu pluriel.

jouteur04.jpg

  • apprendre à créer des liens entre les 2 personnages sur scène via une tierce personne. Quand un jouteur dit "votre fille a oublié cette culotte chez moi" à l'autre jouteur, c'est beaucoup plus ouvert et riche que s'il disait "grand-mère, elle n'est pas belle ta robe aujourd'hui". La tierce personne crée un lien immédiat (pas besoin de perdre 3 minutes à dire bonjour, que fais-tu et qu'est-ce qu'on pourrait bien faire ensemble alors qu'on ne se connait pas) sans imposer à l'autre un personnage ou une action figée.
  • travailler autour de l'URGENCE. C'est sans doute l'un des autres mots clés de cette saison. Sans situation d'urgence, de risque, de challenge, pas beaucoup d'intérêt à l'impro. Le travail en atelier, sans public, sans l'enjeu du spectacle, ne doit pas nous enlever cet aspect capital. Au contraire, l'atelier doit être le lieu de toutes les prises de risque. C'est parce que les pompiers travaillent dans l'urgence (et se préparent sans cesse pour y arriver) qu'on leur regarde avec autant d'admiration. On admire beaucoup moins quelqu'un qui monte à une échelle ou qui arrose sa maison en dehors d'une situation d'urgence. Soyons des pompiers de l'impro !

jouteur03.jpg

  • prévoir dès le début d'année des week-end de stage d'impro avec des profs extérieurs sur des points particuliers : les émotions, la gestuelle scénique (avec une prof de danse par exemple), le travail de la voix (avec une prof de chant), ... A ce sujet, si vous êtes ou que vous connaissez des profs utiles à l'impro et dispo en Lorraine, je suis preneur.

Et dans un style plus novateur, si la troupe se prend au jeu :

  • ouvrir les ateliers à d'autres approches pédagogiques. Essayer le travail sur la base de vidéos.
  • intégrer des scènes filmées réelles (reportages, webcam de rue, ...) dans un travail d'impro.
  • sortir s'entrainer à l'extérieur d'une salle. En regardant/s'inspirant de vrais gens, de vraies situations, de vrais décors. En ville. Mais aussi en dehors de la ville, pour comprendre et apprendre à mimer/utiliser la nature (être un arbre, un animal, un paysage, un nuage, une ombre, cueillir des fleurs). S'entrainer dans les différentes pièces d'une maison réelle pour mieux en comprendre l'esprit, bien saisir les ustensiles, les mouvements associés, les tensions qui peuvent naitre dans chaque pièce.
  • créer de l'impro autour de situations réelles, dans un environnement réel (hors d'une salle). En utilisant cette réalité et pas simplement en recréant un espace scénique dans la rue.

dimanche 6 septembre 2009

Bilan de la saison 2008-2009

Voici le bilan des ateliers pour la saison 2008-2009 selon les membres participants aux ateliers. Ces éléments sont à prendre en compte pour l'établissement du programme d'entrainement 2009-2010.

Points positifs (à conserver) :

  • le parrain pour la ou les premières séances est une bonne chose
  • les ateliers sont riches, diversifiés, l'approche multi-coachs est intéressante (Stéph : travail sur le corps et l'énergie, Pierre : pédagogie, Jé : un autre angle, permet d'explorer autre chose)
  • lorsqu'on arrive au Minou, on sent qu'il y a une structure
  • un programme d'apprentissage défini
  • intérêt des ateliers communs entre les anciens et les nouveaux
  • pseudo match commun "nouveaux-anciens" est à renouveler même si celui réalisé était trop bordélique
  • "je progresse lorsque je prends du plaisir, j'ai pris davantage de plaisir à venir cette année"


Les 2 premiers points ont été cités de nombreuses fois.


Points à améliorer ou idée pour la prochaine saison :

  • il n'est pas facile pour un nouveau de savoir quand il est bon de se lancer
  • la présence des anciens est parfois intimidante dans les ateliers du mardi, l'écoute est plus difficile
  • rappeler à chaque séance le thème et les raisons de l'atelier et comment cela s'articule dans l'année
  • développer davantage les after-ateliers
  • lorsque le groupe est grand, avoir un couple d'animateurs
  • proposer davantage de critiques (constructives) sur le jeu de chacun
  • systématiser les feedbacks après chaque spectacle, même quand Jean-Marie n'est pas là
  • voir possibilité d'acquisition d'un caméscope à utiliser aussi pour les entrainements (+ pour la communication, + pour les spectacles)

Programme des ateliers - niveau acquisition et consolidation des bases

Voici le programme proposé pour les ateliers d'initiation à l'improvisation (de 1 à 3 ans d'impro). En fonction de l'animateur et du groupe, il est possible et recommandé d'adapter ce programme ainsi que l'échelonnement des différents thèmes. Le nombre de séance est indicatif.

Thème 1 : 1er contact

Découverte de l'impro : (1 à 2 séances)

  • présentation des participants, leurs expériences, leurs envies et motivation.
  • présentation du MINOU, son fonctionnement, les ateliers et la charte des ateliers, le programme d'entraînement
  • évocation des principes de bases de l'improvisation
  • exercices de découverte


Thème 2 : Les bases ou principes de l'improvisation

L'acceptation : (3 à 4 séances)

  • comprendre l'importance de l'acceptation en impro
  • les différents types de refus à éviter : le NON, les questions, le MAIS, etc.
  • acquisition du réflexe « acceptation » : OUI ET

L'écoute : (3 à 4 séances)

  • comprendre l'importance de l'écoute en impro (la performance n'est pas personnelle, seul le collectif est au coeur de l'impro)
  • l'écoute de tous les protagonistes (en même temps ou pas, n'importe où) : écoute du jouteur adversaire, de ses équipiers, écoute des passages, écoute de l'arbitre, du public
  • écouter l'autre c'est aussi être vigilant à sa gestuelle, son environnement, etc.
  • aboutissement : l'acceptation et l'écoute pour percuter et ainsi construire

La construction : (2 à 3 séances)

  • le respect des principes de base, condition nécessaire pour la construction
  • travail renforcé sur l'acceptation et sur l'écoute pour percuter davantage en impro
  • les fautes qui correspondent au non respect des principes de l’impro

Construire c'est bien, avec un enjeu c'est mieux : (6 à 10 séances)

  • l'enjeu et son rôle dans l'improvisation
  • les différents types d'enjeux possibles
  • passer d'un événement quelconque à un enjeu
  • exploiter et faire vivre l'enjeu dans une impro


Thème 3 : Préparation au spectacle d'impro

Initiation au spectacle d'improvisation : (3 à 4 séances)

  • les différents types de spectacles d'impro
  • le match d'impro : un prétexte pour jouer (ensemble et non contre l'autre équipe) et avec le soutien du public
  • explications des différentes étapes d'un match d'improvisation (en tant que jouteur) :

l'entrée sur scène, les hymnes
le rôle de l'arbitre, son vocabulaire
le caucus
le début de l'impro, le rôle du leader, pose de la plateforme
le placement, l'occupation de l'espace au cours de l'impro
le processus de construction, autour d'un enjeu
les passages
la gestion du temps
la fin de l'impro
l'interimpro

  • mises en application

Initiation aux différentes catégories d'un match d'improvisation : (5 à 6 séances)

  • Travail spécifique sur des catégories


Thème 4 : Les personnages, au coeur de l'improvisation

La richesse des personnages : (2 séances)

  • Travail exploratoire sur tout ce qui peut composer un personnage (nature, rythme, expression corporelle et gestuelle, voix, émotion et sentiment, action spécifique, discours, caractère, démarche, etc.)

Les personnages, par l'expression corporelle (3 à 4 séances)

  • expliquer que les gestes comptent davantage que la parole (ils sont les premiers signaux qu'on envoie sur scène, ils sont universels, ils sont permanents et non ponctuels comme la parole, etc.)
  • travail du mime
  • importance de la précision dans ses gestes
  • les gestes font l'action
  • « écouter » les gestes de l'autre et y répondre

Les personnages, par la voix : (3 à 4 séances)

  • l'importance de placer sa voix
  • travail exploratoire sur toutes les possibilités d'utiliser sa voix pour élaborer un personnage
  • travail exploratoire pour faire naître l'émotion par un choix judicieux de voix
  • travail exploratoire sur les accents

Le programme d'entrainement du MINOU : objectifs généraux

Tout d'abord, les objectifs de cette nouvelle saison :
- mieux accompagner les nouveaux membres pour les intégrer dans la troupe et les spectacles et les faire progresser
- approfondir et enrichir les qualités de jeu des jouteurs du championnat
- poursuivre les efforts d'organisation et de mise en scène de nos spectacles

Ceci en gardant à l'esprit les valeurs de la troupe du MINOU :
Novateur : respect des principes de base de l'improvisation mais avec une liberté dans l'appropriation et le développement des concepts de spectacles
Ouvert : ouverture aux autres, à la nouveauté, aux mélanges des genres, des styles, des expériences, et aux rencontres avec les différentes troupes
Utile : tourné vers le public, pour le surprendre, le faire participer, partager avec lui plaisir et émotions