Cette séquence repose notamment sur la notion de présence scénique développée par Michèle Taïeb dans son livre "Improviser". Les exercices repris du livre sont mentionnés avec leur numéro de page : s'y reporter pour obtenir plus d'explications. Son livre est disponible ici : Improviser : 96 fiches techniques à l'usage du formateur et dans sa nouvelle ré-édition ici : Improviser : 96 fiches techniques à l'usage du formateur"

Objectif de ces séances : développer sa présence scénique via une meilleure qualité d'écoute !

Etre présent, c'est être disponible pour écouter. Ecouter, c'est renforcer sa présence dans le jeu. La boucle vertueuse est ainsi bouclée !

Echauffement :

  • physique + écoute : en cercle, chacun à tour de rôle donne des consignes au groupe pour échauffer une partie du corps
  • concentration + énergie : équilibre sur 1 pied puis exploration spatiale
  • respiration : respiration profonde et synchronisée pour tout le groupe

Exercices :

  • introduction à la séance : en cercle, le coach désigne 2 jouteurs qui se font face et qui vont alors aller les yeux fermés au centre du cercle pour se serrer la main et se dire "Bonjour, ça va ?" (voir P.66)

Débrief :

>> au départ, chaque jouteur partait à la rencontre de l'autre avec une idée, sans être toujours à l'écoute de l'autre
>> le groupe a alors convenu de faire l'exercice plus lentement, en cherchant les échanges avec l'autre (regard avant de fermer les yeux, sentir tactilement l'énergie de l'autre, son émotion) => bref, être receveur avant d'être transmetteur : c'est ainsi que l'exercice a bien fonctionné.

Explications sur les séances avec le groupe :

Ces séances ont pour objectif de développer davantage notre qualité d'écoute.
329879_portrait_3.jpg Pour l'écoute, faudrait déjà que je me dégage les oreilles...

Question au groupe : qu'est ce qui nous permet de rester en connexion avec le monde autour de nous ? Réponse en synthèse : nos différents SENS. Sans nos sens, nous n'aurions même pas conscience de notre environnement et peut-être pas de nous-même. En impro, nos actions et propos seront donc d'autant plus percutants et pertinents s'ils ont du sens par rapport à l'histoire qui se construit et par rapport aux autres jouteurs.

Ici la notion d'écoute concerne tous les sens !

En impro, il convient d'être récepteur avant d'être transmetteur ! Or lorsqu'on débute en impro, on fait souvent l'inverse : on propose, on propose et on repropose avant d'écouter les propositions de l'autre. Etre à l'écoute nécessite d'être pleinement présent. Pour être à l'écoute, être ouvert, il faut se libérer des barrières physiologiques générées par le stress, se libérer des tensions d'où l'importance d'une respiration ventrale : faire taire les tensions libère les émotions. Au passage la respiration ventrale soutient la voix, ce qui est bénéfique.

Exercice sur les 3 temps d'une respiration (cf. P52 du livre) :

>> 1=inspiration : phase réceptive, le présent m'inspire, j'inspire pour m'en pénétrer
>> 2=apnée : retenir l'élan (rétention mais pas tension) pour prendre du recul, pour comprendre
>> 3=expiration : libération de l'action, de la parole, du mouvement

Par 2 : travailler un échange constructif en veillant au respect des temps de la respiration. Sans forcer sa respiration pour ne pas créer des tensions.

Débrief :

  • le rythme de l'échange avec l'autre n'est pas naturel dans cet exercice, au tout cas il ne ressemble pas à notre rythme habituel
  • le timing est ressenti comme confortable, cela libère du stress d'avoir une idée immédiate
  • certaines voix de personnage se prêtent mieux à l'exercice que d'autres
  • cela favorise les tensions avec l'autre, et du coup les conflits
  • le dialogue marche bien, notamment quand on se regarde

La respiration s'entend du point de vue physiologique. Mais elle prend également tout son sens dans nos actions et nos propos à travers ... le silence.

A retenir sur l'emploi du silence en improvisation mais aussi dans la vie de tous les jours :

>> 1) Le silence, utilisé entre les phrases, c'est la place que l'on laisse à l'autre.
>> 2) Au sein d'une phrase, le silence est un outil pour donner du relief à des mots : à placer juste avant ou après un mot ou une idée forte. Plus l'idée est forte et plus le silence doit être grand.
>> 3) Le silence a un rôle clé dans le jeu des émotions et de l'enjeu : le silence, en tant que "manque de parole", suscite le désir chez l'autre, une attente, il donne une tension à l'échange.

En anglais, SILENT (silencieux) est l'anagramme de LISTEN (écouter)

  • exo sur la respiration et l'émotion :

en cercle, le jouteur 1 va inspirer de façon sonore, prendre un temps de réflexion en apnée, puis dire qq chose avec émotions (ex : 1=hannnnnnnn - 2=......... - 3=je viens de recevoir un accord pour le financement du projet). Le jouteur 2 va faire de même : son inspiration montrera qu'il reçoit l'idée et l'accepte, puis qu'il réfléchit pendant l'apnée, puis enfin qu'il réagit à la phrase précédente : 1=ohhhhhhh - 2=... - 3=et en plus il majore ta subvention de 30%, on va pouvoir lancer une publicité télé.) Et ainsi de suite.

  • exo sur l'utilité de la respiration pour être inspiré par ce qui nous entoure: la découverte du sac (cf. P60)

Débrief :+

  • de beaux personnages ont été joués à tous les passages
  • les déplacements et gestes étaient précis dans l'ensemble
  • pour beaucoup de jouteurs, il fut difficile de regarder le public alors que le rendu est très fort ; certains jouteurs ont jeté un regard d'un quart de seconde au public tout en aillant le sentiment que cela durait très longtemps. Il ne faut pas hésiter à prolonger le temps de ces échanges

- sur scène, ces regards ne sont pas forcément à échanger avec le public mais ils peuvent l'être pleinement avec les autres jouteurs :ce vecteur de communication et de compréhension de l'autre est trop souvent négligé. Ce point reste donc à travailler !

Impro :

  • impro libre, sans thème ni caucus pour baser toute l'impro sur l'écoute de l'autre et de l'histoire
  • se forcer pour ces ateliers à ne proposer des choses qu'en les justifiant sur la base de ce qu'on perçoit (ex : on propose à l'autre d'aller se promener dehors pour prendre l'air parce qu'il manifeste trop de colère ou de stress).

Débrief séance 4 :

  • 3 impro mémorables ont été jouées pour finir cet atelier : est-ce lié au travail durant l'atelier ou à d'autres facteurs ? Il est trop tôt pour le dire...
  • dans ces impro, la gestion de l'espace était claire, le jeu était posé, les personnages étaient présents, tenus, il y a eu beaucoup d'attentions et de regards entre les jouteurs, les émotions étaient justes, sincères. Les enjeux ont bien fonctionné. Tout était fluide !!! Un régal.
  • pour ces impros, les jouteurs ont eu le droit d'utiliser des tables comme ancrage pour leurs placements : c'est une aide, en termes d'apprentissage, pour structurer et gérer correctement l'espace. A poursuivre.

Débrief séance 5 :
- un jouteur qui a travaillé avec Félix LOBO a partagé une astuce avec le groupe : pour montrer au public que l'on découvre un objet ou qq chose sur scène, il est recommandé d'y jeter 2 coups d'oeil et non 1, comme dans les dessins animés - être à l'écoute de l'autre demande beaucoup d'énergie et de la confiance - encore une fois, les impro ont tenu la route, avec de beaux perso, des enjeux, des histoires et des émotions : baser notre jeu sur l'écoute serait donc véritablement et rapidement profitable - les impro "sans thème ni caucus" sont appropriées pour ces ateliers : elles poussent à tout construire sur l'écoute puisqu'on ne part pas sur scène avec des idées préconçues : cela doit également nous faire réfléchir à nos caucus en impro qui desservent trop souvent la qualité de l'écoute en étant trop riche sur "ce qu'on pourrait faire pendant l'impro". - il a été prouvé en atelier que lorsqu'on agit, on capte davantage l'attention du public que lorsque l'on parle - le groupe souhaiterait travailler avec des cubes neutres, pour travailler la structuration de l'espace et les appuis (ancrage), mais en veillant à ne pas utiliser ces cubes comme un accessoire dans le jeu. Si quelqu'un sait où l'on peut trouver ce genre de cubes, je suis preneur !