Cette séquence repose notamment sur la notion de présence scénique développée par Michèle Taïeb dans son livre "Improviser". Les exercices repris du livre sont mentionnés avec leur numéro de page : s'y reporter pour obtenir plus d'explications. Son livre est disponible ici : Improviser : 96 fiches techniques à l'usage du formateur et dans sa nouvelle ré-édition ici : Improviser : 96 fiches techniques à l'usage du formateur"

Objectif de ces séances : développer sa présence scénique via une meilleure qualité d'écoute !

Echauffement :

  • physique + écoute : en cercle, chacun à tour de rôle donne des consignes au groupe pour échauffer une partie du corps
  • concentration + énergie : équilibre sur 1 pied puis exploration spatiale
  • respiration : respiration profonde et synchronisée pour tout le groupe
  • écoute : marcher et s'arrêter de marcher de façon synchronisée, sans que le coach sache qui a initié les mouvements (une fois que le groupe est synchrone, l'exercice peut être réalisé les yeux fermés, cela marche aussi)

Exercices :

  • exo sur le regard : en cercle, "le jeu de l'assassin" (cf. P.62)

Débrief : exercice ludique et efficace. Un échange de regard crée un lien qui n'est pas facile à rompre : c'est une force à utiliser sur scène.

chore05.jpg

  • Exo "recevoir avant de donner" :

>> étape 1 : en cercle, l'un des jouteurs se fige dans une attitude/expression. Les autres, à tour de rôle vont jouer un personnage et lui faire une proposition en lien avec ce qu'il perçoive à travers l'attitude/expression du jouteur.
>> étape 2 : en couple, l'un des jouteurs est un extraterrestre qui ne peut que communiquer son émotion par son attitude et ses expressions (sans parole). L'autre va chercher à interagir avec lui par son corps et ses propos. En réponse l'extraterrestre va faire évoluer son émotion et ainsi de suite.

Débrief : exo sympa mais à l'étape 1 les jouteurs réfléchissent trop à l'avance à leur proposition et se font polluer par les propositions des autres. Pour corriger cela, cette étape 1 a été réalisée en ne regardant qu'au dernier moment l'expression du jouteur figé (en restant les yeux fermés jusqu'à ce moment là). L'échange est alors plus spontané, c'est plus proche des conditions d'une impro tout en restant facile à faire.

  • Exo "prendre le temps de l'écoute" : par 3 : 2 jouteurs vont construire une histoire ensemble (on propose, on accepte, on colore, on avance, ...). Mais chacun ne pourra parler ou répondre à l'autre qu'après un temps de silence fixé (par un signal) par une 3ème personne : "le maître du temps de l'écoute". Ce dernier pourra librement fixer le temps de chaque silence entre 1 et 10 secondes. Pendant ce laps de temps, le jeu ne doit pas s'arrêter, les jouteurs doivent notamment en profiter pour échanger par le regard et prendre le temps de la réflexion.

Débrief :

>> exercice qui marche bien, très bien même ; il faut juste veiller à ce que le temps de silence imposé au jouteur 2 avant de répondre ne soit pas comblé par des propos du jouteur 1, il doit également respecter ce silence en développant d'autres formes de communication ou par l'action. Variante possible : le maître du temps de l'écoute peut aussi gérer l'ensemble des temps de parole et de silence.
>> à faire et refaire. Au début, cela ralentit un peu l'impro. Mais ensuite cela enrichit la relation entre les 2 jouteurs et favorise l'émotion.

Impro :

  • l'un des jouteurs de chaque impro aura les yeux fermés (sans jouer un aveugle) et ce sera uniquement/principalement lui qui fera les propositions dans l'impro. L'idée est que "l'aveugle" soit dominant tout en nécessitant le soutien des autres pour réellement avancer et les autres ont tous leurs moyens mais ne peuvent être qu'à l'écoute de l'aveugle.
  • impro libre, sans thème ni caucus pour baser toute l'impro sur l'écoute de l'autre et de l'histoire ; en veillant à n'employer finalement que les éléments que l'on perçoit.

Débrief :

  • jouer à 2 en se focalisant sur l'autre nous pousse à jouer les émotions et ne pas être cabotins. Se concentrer sur l'autre conduit à avoir moins de temps pour chercher en soi un jeu de mot. C'est une attitude très bénéfique.
  • jouer des impros avec 1 jouteur aveugle permet de développer l'écoute auditive, la dépendance à l'autre mais, à moins de travailler ainsi sur une longue période, cela nuit quand même à la connexion entre les jouteurs. Les échanges de regards, l'observation apportent beaucoup et sont déjà une belle piste de progrès pour améliorer l'écoute à court terme.
  • les jouteurs commencent à apprécier les échanges de regards. Certains jouteurs ont pris conscience qu'ils n'étaient jusqu'à maintenant pas assez observateurs ; il faut chercher à recevoir avant de transmettre. En développant l'écoute active, cela nous enlève la peur de la rencontre. Il n'y a plus besoin de caucus, plus besoin de chercher ce que l'on va faire, il suffit d'écouter l'autre.
  • faire l'effort de regarder l'autre est un vrai axe de progrès pour enrichir son jeu en impro ; notamment lorsqu'on ne parle pas car lorsqu'on parle il convient de bien être tourné vers le public.